La Tribune de Septembre

17, August 2020

La Tribune de Chartres écologie dans le bulletin municipal de septembre.

COMPLEXE CULTUREL ET SPORTIF AU POLE GARE

La sage leçon d’une consultation

Aucun des « grands projets » du troisième mandat du maire-président n’est abouti malgré les nombreuses études et dépenses qui leur ont été consacrées.

Après trois enquêtes publiques, différentes demandes de permis de construire et plusieurs recours, qui auraient dû faire réfléchir les initiateurs, la construction du « zénith », prévue depuis 8 ans, est peut-être imminente.

D’ailleurs un panneau de chantier a été ostensiblement posé sur le terrain pendant la campagne électorale laissant penser que le projet était prêt à sortir de terre.

Pourtant il restait à franchir un dernier obstacle, imposé par le Tribunal Administratif d’Orléans, à savoir permettre au public de donner son avis via une procédure de participation, dernière étape close le 22 juillet.

Ainsi 315 personnes ont déposé leurs observations sur un registre électronique. 187 se sont clairement positionnées contre le projet en avançant de solides arguments, alors que 117 ont simplement applaudi et que 11 autres ne se sont pas vraiment prononcées. Pour nous, le verdict est sans appel, même si la Ville de Chartres, juge et partie, doit légalement en écrire la synthèse.

Ce projet ne fait pas du tout l’unanimité. L’association « Épargnez-nous ! » qui défend les intérêts des habitants du quartier de l’Épargne, en première ligne, s’est dressée plusieurs fois contre cette construction.

Voici les principales critiques à apporter au projet et reprises par de nombreux Chartrains :

1 - L’implantation retenue en centre-ville est mauvaise : petit terrain, accès difficile, embouteillages inévitables, proximité d’habitation, nuisances multiples, etc.

2 – La salle est surdimensionnée par rapport au réel besoin. A Chartres les compétitions de handball ne nécessitent pas 3810 places, 2500 seraient suffisantes, à l’instar de villes comparables.

3 - En conséquence, le coût du projet est exorbitant : il est passé de 30 à 60 millions d’euros, (47 millions HT pour les seuls travaux bâtiment), ce qui ne manquera pas de creuser les dettes de Chartres et de son agglomération, qui sont déjà très lourdes.

Dans l’intérêt général, nous pensons et affirmons aujourd’hui, comme lors de notre campagne, qu’il est totalement irresponsable de poursuivre tel quel un projet si mal pensé et si coûteux.

Il était, et il est encore, possible de stopper la machine infernale. Il suffirait de s’inspirer de l’avis d’honnêtes citoyens : il faut réduire la capacité de ce projet de salle et l’implanter dans un site adapté, à côté de Chartrexpo par exemple, dans l’intérêt des riverains comme du public.

Les élus de Chartres Ecologie

contact@chartresecologie.fr

www.chartresecologie.fr