La Tribune Ville de septembre

2, September 2021

Une planète en surchauffe

Si certains n’étaient pas encore convaincus du dérèglement climatique, l’été s’est chargé « d’en remettre une couche » : dôme de chaleur dans l’Ouest du Canada, inondations meurtrières en Allemagne et Belgique, températures approchant les 45° en Espagne, feux de forêt meurtriers en Grèce, en Algérie et en France, sécheresse particulièrement sévère à Madagascar synonyme de famine…

La prise de conscience de la situation se développe et seuls quelques irréductibles sont encore dans le déni. Mais après la prise de conscience peut rapidement arriver le découragement, le sentiment d’impuissance, la honte de l’héritage laissé à nos petits-enfants…

Même si la situation est grave, indéniablement, nous pensons qu’elle n’est pas désespérée… à condition que chacun s’y mette, à son niveau.

Partout dans le monde, fleurissent des projets locaux permettant un développement différent, respectueux des ressources naturelles et du travail de chacun.

Partout dans le monde, des hommes et des femmes décident de ne plus se laisser emporter par cette course en avant qui épuise la planète et ne rend pas les gens heureux.

Dans la vie quotidienne, retrouvons du bon sens, comme manger plus local et de saison, moins de viande, des aliments bio autant que possible pour notre santé et pour encourager les producteurs qui prennent soin de notre terre, pratiquer le tri sélectif et le compost mais surtout, limiter nos déchets, échanger et partager plutôt que de tout acheter neuf, individuellement, favoriser l’isolation de son logement plutôt que pousser le chauffage…

Ces gestes individuels peuvent aussi se vivre en groupe, à travers des défis (par exemple, zéro déchets), des projets menés à plusieurs qui permettent d’échanger les astuces, de créer du lien, et pourquoi pas même de s’amuser.

À l’échelle de la ville et de l’agglo, il faut plus de sobriété, moins de grands travaux, plus d’économies d’énergie, préserver le cadre de vie, encourager les projets de proximité et la solidarité… En tant qu’élus de Chartres Ecologie, notre responsabilité historique est de nous opposer aux projets souvent démesurés, destructeurs d’espaces verts et à la gestion d’une majorité municipale et communautaire qui n’a vraisemblablement toujours pas compris ni l’urgence ni la gravité de la situation.

Le rapport du GIEC*, sorti le 9 aout dernier, est extrêmement alarmiste. « La réalité est que nous ne sommes pas en bonne voie pour respecter l’objectif de limiter le réchauffement climatique à +1,5 °C au niveau mondial. En fait nous sommes sur le chemin opposé, vers plus de +3 °C. Nous devons changer de direction de façon urgente avant qu’il ne soit trop tard. Ce n’est pas de la politique, c’est la réalité ». Patricia Espinosa, responsable climat de l’ONU.

* Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat

Quentin GUILLEMAIN, Brigitte COTTEREAU, Jean-François BRIDET, Olivier MAUPU

chartresecologie.fr contact@chartresecologie.fr