La Tribune Ville de Décembre 2021

19, November 2021

La culture de la vie

Le 3 octobre dernier, la ville d’Orléans inaugurait le Musée Orléanais de la Biodiversité et de l’Environnement (MOBE), suite à 3 années de profonde restructuration de l’ancien muséum d’histoire naturelle. Par ce grand projet, la ville préfecture du Loiret, aidée par l’Etat, le Département et la Région, s’est commandé d’un outil de mise en valeur de ses collections naturalistes, de recherche et de sensibilisation sur la grande question du vivant au cœur des problématiques de la biodiversité. En s’appuyant sur le patrimoine naturel local, le parcours muséal met en perspective la place de l’homme, de son habitat et de ses activités au cœur du vivant et de l’évolution.

Dans la région Centre-Val de Loire, toutes les préfectures sont conçues d’un musée dédié au vivant, sauf Châteauroux… et Chartres !

Notre ville possédait bien un Muséum d’Histoire Naturelle doté d’une riche collection (où est-elle désormais stockée ?) mais il a été fermé en 2015. Cette fermeture, décidée lors du conseil municipal du 19 janvier 2015, était annoncée comme provisoire , et devait permettre l’inventaire de la collection. La réouverture était initialement prévue en 2020…

Le Maire avait annoncé que le site libéré devait laisser la place à une salle de concert et de musique amplifiée rattachée au conservatoire de musique et de danse voisine. Mais au jeu des chaises musicales dans lequel la majorité excelle, rien n’est fait ! Toujours pas de lieu pour la musique (il n’y a d’ailleurs plus de ligne budgétaire pour ce projet) et encore moins de muséum pour lequel aucune solution de remplacement n’a jamais été évoquée !

Évidemment, malgré l’augmentation de la pression fiscale intercommunale, il n’est pas possible de tout faire et les ambitions pharaoniques gorgiennes (pôle administratif, salle à vocation sportive et culturelle et parc des expositions) ne laissent plus aucune marge pour les équipements de proximité ou l’entretien du patrimoine, relevant notamment du cadre communal. Ainsi les salles de sport de quartier manquent ou tombent en ruine, le Musée des Beaux-Arts reste à fermé et les travaux du OFF, consacrént à la pratique théâtrale, dans l’ancien ABC, peinent à aboutir.

Justifiés par la recherche d’attractivité nationale d’une ville moyenne que notre maire s’entête à faire passer pour une métropole, les équipements surdimensionnés annoncés depuis des années nous privent des moyens qui doivent permettre de répondre aux besoins quotidiens des Chartrains.

Ils nous empêchent également de nous doter d’un lieu rénové d’éducation à la nature et à l’environnement pour sensibiliser la population aux enjeux du vivant et instruire les plus jeunes qui devront réinventer, en collaboration avec le reste du vivant, leurs modes de vie dans un contexte climatique bouleversé.

Un outil pédagogique et interactif d’éducation à l’environnement est indispensable à Chartres pour tous les publics : scolaires, associations, entreprises, touristes… plus curieux. Le musée du COMPA réinventé pourrait réconcilier la biodiversité et l’agriculture dans un lieu de mémoire, de compréhension et d’invention collective de l’humain et du vivant.

Nous vous disons une belle fin d’année !

Quentin Guillemain, Brigitte Cottereau, Jean-François Bridet et Olivier Maupu

Site : www.chartresecologie.fr”)

Courriel : [contact@chartresecologie.fr](javascript:linkTo_UnCryptMailto(‘jxfiql7zlkqxzqXzexoqobpbzlildfb+co’); “Cliquer pour envoyer un courriel”)